Ukraine : OTAN en emporte le vent …

Publié le par Vahine

Ukraine : OTAN en emporte le vent …

Article de réinformation pris sur le site : Le Veilleur : http://www.le-veilleur.com

Malheureusement pour nous, en France nous n'avons aucun Poutine pour nous protéger des agisements de l'OTAN, au contraire, nos hommes politiques n'ont rien de plus urgent que de baisser leurs pantalons devant les ordres venus des USA ...

 

 

Ukraine : Quand le stratège Poutine ridiculise les manipulations occidentales

 

Au vu de la propagande démentielle qui sévit dans les médias officiels, il est plus prudent de vous tenir informés de la réalité des évènements en Ukraine. En effet, les médias n'hésitent pas à déformer la situation, allant même à déclarer que « la Russie a déclaré la guerre à l'Ukraine » (bfmtv). Europe et Etats unis sont en train de perdre la face suite a leur minable tentative de coup d'état déclenchée lors des JO de Sotchi.
 
Le peuple de Crimée n'est pas dupe et a accueilli a bras ouvert les militaires russes venus empêcher fermement toute étendue de la menace fasciste (Svoboda) orchestrée par des agents et mercenaires à la solde de l'Otan. Des milices populaires en Crimée et en Ukraine se forment pour reprendre les rennes du pouvoir. La grande majorité des soldats et de hauts gradés de l'armée régulière ukrainienne démissionnent pour prêter allégeance à l'autorité de Crimée. Washington a du largement sous estimer le patriotisme de cette région...
 
Quant aux « sanctions » que brandit l'union européenne, on donne franchement dans la rigolade ! Entre l'absentéisme a venir de certains dirigeants annoncé au prochain G8 de Sotchi dont Poutine n'a que faire, ou les menaces hypothétiques face à l'approvisionnement en gaz russe, quelle bonne blague. La Russie fournit entre 30 et 40% du gaz en Europe, vous imaginez l'étendue en termes de temps et d'argent pour changer de fournisseur ?
 
Je vous vois venir, vous allez me dire « oui, mais cela représente à l'inverse une énorme source de revenus à la Russie qui aurait du mal à s'en passer ? ». En temps normal, ce n'est pas faux, sauf que... Gazprom compte conclure très prochainement un contrat de 30 ans portant sur la fourniture de gaz à la Chine, avec 38 milliards de mètres cubes de gaz qui devront être fournis dans un premier temps ! A ce propos, Gazprom annule les tarifs de faveur pour l'Ukraine, cette dernière ayant des arriérés de paiement s'élevant à 1,549 milliard de dollars. D'ailleurs, l'Europe annonce vouloiraider Kiev à régler sa dette gazière (qui va réellement payer selon vous ?).
 
Le jeu d'échecs a toujours été LA référence en la matière de stratégie, et à ce jeu, sans toutefois atteindre Garry Kasparov, Poutine nous démontre une fois de plus sa maitrise en la matière en ayant anticipé les attaques de ses adversaires et en restant le maitre du jeu. Le veilleur
 
Moscou appelle l'Occident à cesser ses calculs géopolitiques
 
Le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov a appelé les partenaires occidentaux à renoncer à leurs calculs géopolitiques au profit des intérêts du peuple ukrainien.
 
« Ceux qui cherchent à présenter la situation comme une agression, en brandissant la menace de sanctions et de boycotts en tout genre, sont ces mêmes partenaires qui ont encouragé avec constance et persévérance les forces politiques qui leur sont proches à des ultimatums et à refuser le dialogue, à mépriser les préoccupations du sud et de l'est de l'Ukraine et ont finalement polarisé la société ukrainienne »
, a rappelé M.Lavrov. Le ministre a exhorté l'Occident à faire preuve de responsabilité, à cesser les calculs géopolitiques et à placer les intérêts de l'ensemble du peuple ukrainien au-dessus de tout. Le chef de la diplomatie russe a insisté sur la mise en application des engagements consacrés dans l'accord du 21 février, dont le processus de réforme constitutionnelle avec la participation et la totale prise en compte de l'avis de toutes les régions d'Ukraine avec approbation ultérieure par un référendum national.
 
Des négociations sur le règlement du conflit en Ukraine se sont déroulées le 21 février à Kiev. Elles ont abouti à la conclusion d'un accord signé par le président Ianoukovitch et par les dirigeants de l'opposition. Ce document prévoit notamment une élection anticipée du chef de l'Etat, la formation d'un gouvernement d'unité nationale et une réforme constitutionnelle élargissant les pouvoirs du premier ministre au détriment de ceux du président. Au mépris des ententes intervenues et sans attendre que la loi modifiant la Constitution soit signée par Viktor Ianoukovitch, les députés ont voté un décret transférant les pouvoirs de chef de l'Etat au président de la Rada suprême, Alexandre TourtchinovSource
 
Les forces spéciales ukrainiennes ont refusé les ordres d'attaquer la Crimée
 
Une compagnie des Forces spéciales ukrainienne envoyée à Kirovograd, l'une des plus grandes villes de l'Ukraine, a désobéi à l'ordre de marcher sur la Crimée, selon l'un des agents de la compagnie qui a parlé à l'agence Itar-Tass.
 
« Aujourd'hui, nous avons reçu l'ordre de marcher vers la péninsule de Crimée et de perturber l'activité de défense de la Crimée. Nous avons refusé d'exécuter cet ordre »
, indique-t-il à l'agence concernant l'ordre qui est venu dimanche du ministère de la Défense de l'Ukraine. L'officier a ajouté que l'une des raisons pour lesquelles ils n'ont pas obéis aux ordres de Kiev était un manque de compréhension par les forces spéciales de qui les envoyaient là bas et dans quel but.
 
« Beaucoup de [nos] gars ont de la famille là-bas. Je passe l'été à Evpatoria », a-t-il dit. « Beaucoup d'entre nous ne comprennent pas que nous nous battions contre la Crimée. »
Ce n'est pas un sentiment isolé. Le dimanche, une grande partie des forces armées ukrainiennes basées en Crimée ont tout simplement changé de camp, reniant leur serment militaire. Le Chef de la Marine nouvellement nommé, le contre-amiral Denis Berezovsky, a prêté serment d'allégeance à la population de Crimée.
 
Les troupes ont été vus plus tôt démissionnant en masse, alors que les Forces de défense de Crimée conservées afin deSimferopol. Des habitants pacifiques pouvaient être vus autour de Crimée. Source - Traduction Fawkes news
 
22.000 militaires ukrainiens quittent leurs unités !
 
22.000 militaires ukrainiens et plusieurs dizaines de systèmes de missiles sol-air S-300 sont passés sous l'autorité du gouvernement de la république autonome de Crimée, a annoncé mardi à Moscou le président russe Vladimir Poutine.
 
« Il semble qu'on souhaite reproduire le scénario de Kiev en Crimée et qu'on puisse y organiser une série d'attaques terroristes. Cela inquiète beaucoup les habitants de Crimée. Ils ont donc créé des comités d'autodéfense et ont pris le commandement des unités militaires locales (...). Plusieurs dizaines de systèmes de missiles S-300 et d'autres armes, ainsi que 22.000 militaires sont passés sous l'autorité des Criméens. Dieu merci, cela s'est passé sans coup férir et c'est le peuple de Crimée qui contrôle tout »
, a indiqué M. Poutine lors d'une conférence de presse. Suite au changement de pouvoir à Kiev où la Rada suprême a destitué le président du pays, le Conseil suprême de Crimée a décidé fin février de tenir un référendum sur l'élargissement des pouvoirs de la république autonome ukrainienne de Crimée. Initialement fixée au 25 mai, la date du référendum a ensuite été avancée au 30 mars.
 
Le premier ministre criméen Sergueï Aksenov a adressé une demande d'aide au président russe Vladimir Poutine. Le représentant de la Russie auprès de l'ONU Vitali Tchourkine a annoncé que le président Poutine avait en outre reçu une lettre de Viktor Ianoukovitch, que la Russie considère comme le président légitime de l'Ukraine. M. Tchourkine a présenté une photocopie de la lettre où M. Ianoukovitch demande d'envoyer des troupes russes en Ukraine pour protéger les civils (...). Lire l'article complet
 
23 unités ukrainiennes ont fait défection
 
Vingt-trois unités militaires ukrainiennes cantonnées en Crimée sont passées sous l'autorité du gouvernement de la république autonome de Crimée, a annoncé mardi Guennadi Bassov, député au conseil municipal de Sébastopol.
 
« 23 unités des Forces armées ukrainiennes sur 34 sont passées sous l'autorité du gouvernement de la république autonome »
, a indiqué M. Bassov, qui participe en personne aux négociations avec les commandants des unités militaires ukrainiennes. Parmi ces unités figurent notamment un régiment des Troupes de l'Intérieur, la base aérienne de Belbek, des unités de défense antiaérienne et d'autres unités.
 
Le premier ministre criméen Sergueï Aksenov a annoncé mardi que plus de 5.500 militaires ukrainiens étaient passés sous l'autorité de la république autonome de Crimée. Suite au changement de pouvoir à Kiev où le parlement a destitué le président du pays, le Conseil suprême de Crimée a décidé fin février de tenir un référendum sur l'élargissement des pouvoirs de la république autonome ukrainienne de Crimée. Initialement fixée au 25 mai, la date du référendum a ensuite été avancée au 30 mars (...). Lire l'article complet
 
Le mouvement prorusse gagne Odessa et Donetsk
 
Un meeting pro-russe a rassemblé lundi près de 2.000 personnes au centre de la ville ukrainienne d'Odessa (sud), rapporte la chaîne de la télévision ukrainienne UNN.  
 
« Près de 2.000 personnes participent à l'action. Une partie d'entre eux ont déjà occupé le rez-de-chaussée du siège de l'administration régionale », indique la source. 
Brandissant les drapeaux russes, les participants au meeting annoncent refuser de reconnaître la légitimité desnouvelles autorités ukrainiennes. Les manifestants demandent en outre d'interdire dans le pays les activités du mouvement d'extrême droite ukrainien Pravy Sektor (Secteur droit). Un rassemblement similaire se tient à Donetsk, dans le sud-est du pays.  
 
Le 22 février, au mépris des ententes entre les chefs de file de l'opposition et le président Viktor Ianoukovitch et sans attendre que ce dernier signe une loi autorisant la réforme constitutionnelle en Ukraine, la Rada suprême a modifié la Constitution, limogé certains ministres et fixé l'élection présidentielle au 25 mai
 
Le 1er mars, le Conseil de la Fédération (Sénat russe) a autorisé le recours à la force en Ukraine « en raison de la situation extraordinaire dans ce pays, de la menace pesant sur la vie des citoyens russes et des effectifs du contingent militaire russe qui sont déployés dans la république autonome ukrainienne de Crimée conformément à un accord bilatéral » Source
 
Menaces de sanctions contre la Russie, une très mauvaise idée...
 
Le préjudice que les éventuelles sanctions occidentales contre la Russie pourraient occasionner serait réciproque, estime le président russe Vladimir Poutine. 
 
« Ceux qui envisagent de décréter ces sanctions doivent songer en premier lieu aux conséquences qu'elles pourraient entraîner. Je pense que dans le monde actuel où tout est lié et où tous les pays dépendent les uns des autres, il est bien entendu possible de causer un préjudice, mais ce serait un préjudice réciproque. Quant au G8, je ne sais pas. Nous nous préparons au G8 et sommes prêts à accueillir nos collègues chez nous. S'ils ne veulent pas venir, c'est leur affaire.»
, a déclaré M. Poutine lors d'une conférence de presse à Moscou. Les Etats-Unis ont décrété lundi une série de sanctions contre la Russie en réponse à la position de Moscou sur la crise en Ukraine. Washington a notamment suspendu sa coopération avec les militaires russes, ainsi que les négociations portant sur un accord de commerce et d'investissements avec Moscou. Source
 
Un conseiller du Kremlin menace les Etats-Unis de « krach »
 
La Russie réduira « à zéro » sa dépendance économique vis-à-vis des Etats-Unis si Washington impose des sanctions à son égard en raison de la situation en Ukraine. Ce qui aboutira au « krach » du système financier américain, a averti mardi Sergueï Glaziev, un conseiller du Kremlin.
 
« Nous trouverons un moyen non seulement de réduire notre dépendance financière vis-à-vis des Etats-Unis, mais nous tirerons de ces sanctions un gros profit », a déclaré Sergueï Glaziev. « Nous serons contraints d'utiliser d'autres devises, de créer notre propre système de règlement. Nous avons de merveilleuses relations économiques et commerciales avec nos partenaires à l'Est et dans le Sud », a-t-il ajouté.
Une source au Kremlin a toutefois peu après indiqué à l'agence publique Ria-Novosti que M. Glaziev avait exprimé son opinion personnelle et qu'il ne s'agissait pas de la position officielle du Kremlin. Pendant ce temps, le président russe Vladimir Poutine a ordonné aux soldats russes engagés dans des manoeuvres militaires de retourner dans leurs casernes. Ces manoeuvres militaires étaient organisées dans l'ouest de la Russie, une région limitrophe de l'Ukraine.
 
Le porte-parole du Kremlin Dmitri Peskov, cité par les agences de presse russes, a précisé ces exercices militaires avaient été un succès. La Russie nie qu'ils soient en rapport avec les événements en Ukraine. Et le chef de la diplomatie allemande Frank-Walter Steinmeier a discuté à Genève avec son homologue russe Sergueï Lavrov et le secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon de la création d'un groupe de contact international pour réduire les tensions en Ukraine. Il n'y a pas de solution en vue, a-t-il indiqué à la presse à l'issue de ses entretiens.
 

 

 

Commenter cet article

PATLOM 13/04/2014 22:58

"Slava Ukraini, Heroyam Slava" Je reviens d'Ukraine, Kiev. J'y ai mon entreprise, mes collégues, mes amis. Votre article est un ramassis nauséabond de désinformation. Si les médias ocidentaux ont certainement une approche érronée, vos mots sont bien plus excessifs et mensongers.

Vahine 15/04/2014 13:46

Il est vrais que je ne suis pas en Ukraine . Il serait intéressant que vous nous expliquiez ce qui s'y passe exactement.