Brzezinski : " Il est plus facile de tuer 1 million de personnes que de les contrôler "

Publié le par Vahine

Brzezinski : " Il est plus facile de tuer 1 million de personnes que de les contrôler "

Il faut déja présenter ce charmant monsieur :

En résumé, Brzezinski fait partie de l'Oligarchie mondiale, c'est un des plus grands psychopathes de la planète, nanti ( malheureusement pour nous ) d'une grande intelligente qu'il met au service d'un Nouvel Ordre Mondial conduit d'une main de fer par les USA évidemment.

Il est désolé que les gens, à cause d'Internet entre autres, soient au courant de ce qui se passe dans le monde et se laissent moins facilement manipuler qu'avant, et il pense, entre autres, que nous sommes trop nombreux et se demande froidement si il vaut mieux nous contrôler ou nous éliminer ...

Voici quelques extraits de son pédigré trouvés sur Wikipédia :

 

Zbigniew Kazimierz Brzeziński (né le 28 mars 1928 à Varsovie en Pologne) est un politologue américain d'origine polonaise. Il a été conseiller à la sécurité nationale du président des États-Unis Jimmy Carter, de 1977 à 1981. En tant que tel, il a été un artisan majeur de la politique étrangère de Washington, soutenant alors à la fois une politique plus agressive vis-à-vis de l'URSS, en rupture avec la Détente antérieure, qui mettrait l'accent à la fois sur le réarmement des États-Unis et l'utilisation des droits de l'homme contre Moscou. Zbigniew Brzeziński conserve une très forte influence sur la politique étrangère des États-Unis.

( ............. )

Auteur de plusieurs études et analyses sur le bouleversement et le rôle des États-Unis dans le monde, il devient conseiller politique au Département d'Étatde 1966 à 1968.

( ............. )

Dans Between Two Ages: America's Role in the Technetronic Era (1970), il affirme qu'une politique de coopération plus étroite entre les pays riches est nécessaire pour prévenir l'instabilité globale émergeant de l'accroissement des inégalités.

Il cofonde alors, avec le multi-milliardaire David Rockefeller, la commission Trilatérale en 1973, qu'il dirige jusqu'en 1976. Le rapport de 1975 de la Trilatérale est devenu célèbre pour sa distinction entre « intellectuels subversifs » et « responsables » et les « risques » que l'Université implique pour la démocratie.

( .................)

Conseiller de Carter[modifier | modifier le code]

À partir de la fin 1975, il devient le principal conseiller aux affaires étrangères de Jimmy Carter, critiquant la politique de détente suivie par Nixon et l'URSS, en préférant mettre l'accent sur le processus engagé par les accords d'Helsinki. Il est nommé conseiller à la sécurité nationale de Carter après son élection en 1976.

( .............)

Il est aussi l'un des artisans de l'Opération Cyclone, par laquelle Washington soutient les moudjahidins afghans dès juillet 1979. Brzeziński écrit une note au président après que celui-ci a décidé d'aider les moudjahidins, pour indiquer que l'aide provoquerait à son avis l'invasion de l'Afghanistan par l'URSS, ce qui s'est effectivement produit en décembre6. Deux décennies plus tard, se félicitant que les Soviétiques se soient épuisés dans le « piège afghan », il répondra à l'accusation d'avoir provoqué l'intervention soviétique : « Nous n'avons pas poussé les Russes à intervenir, mais nous avons sciemment augmenté la probabilité qu'ils le fassent6.

( .............)

Administration Reagan

En 1985, il est nommé membre de la Commission présidentielle sur la guerre chimique, puis travaille de 1987 à 1988 sur la Commission mixte du Conseil de sécurité nationale et du Département de la Défense sur la stratégie à long terme des États-Unis. De 1987 à 1989, il fait partie du Conseil du renseignement extérieur pour le président (PFIAB).

( ...........)

Il rompt complètement avec les Démocrates en 1988, en soutenant la candidature de George H. W. Bush et en étant l'un de ses conseillers à la sécurité nationale lors de la campagne

( .........)

Sa théorie exposée dans cet ouvrage ( Le Vrai Choix  ) se base sur l'idée que l'amélioration du monde et sa stabilité dépendent du maintien de l'hégémonie américaine. Toute puissance concurrente est dès lors considérée comme une menace pour la stabilité mondiale. Son discours est franc et direct, ce qui n'exclut pas un certain cynisme.

Mais contrairement à l'unilatéralisme du président George W. Bush, il est plutôt pro-européen, dans la mesure où selon lui le leadership américain, qui seul pourrait sauver le monde du chaos, ne peut être pleinement réalisé et atteindre ses objectifs qu'en coopérant avec l'Europe.

( ................ )

Administration Obama[modifier | modifier le code]

Après l'obtention fin 2009 du Prix Nobel de la paix par Obama, Brzeziński déclara que cela apporterait une « légitimité internationale » à la politique étrangère de l'administration Obama, et que le nouveau président avait « redéfini les relations de l'Amérique avec le reste du monde », « nettement amélioré son image », et « fait une série de promesses pour tenter de résoudre certains conflits d'une manière non unilatérale » 10.

( ................. )

 

Et maintenant, écoutez attentivement ce que ce monsieur a à dire à notre sujet ....

Ça vaut le détour !!!

 

Brzezinski : " Il est plus facile de tuer 1 million de personnes que de les contrôler " Par Super_Resistance Date de publication : 30/01/2015 Zbigniew Brzezinski, conseiller très controversé de Barack Obama a dit, que de nos jours il est plus facile de tuer 1 million de personnes que de les contrôler, alors que par le passé il était plus facile de contrôler 1 million de personnes que de les tuer. plus sur Zbigniew Brzezinski http://www.dailymotion.com/playlist/x363xv

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article