Pourquoi et comment remplacer le lait de vache ?

Publié le par Vahine

Pourquoi et comment remplacer le lait de vache ?

Suite de l'article précédent ...

Je conseille :

Le lait d'amandes pour les desserts. A savoir qu'on en trouve en super-marchés à prix légers ( un peu plus de deux euros ),

Pour les plats salés, le lait de riz ( très digeste ) ou d'avoine ( pas trop cher non plus ),

Pour remplacer la crème : le lait de coco ( très gras ),

Je n'ai pas l'habitude de faire de la pub pour les super-market ! Mais je n'ai pas les moyens d'acheter du lait bio à 3 ou 4 euros le litre ! Cela étant dit, bien sûr, si vous avez les moyens c'est mieux !

Vahine.

Un article du Palais Savant : http://www.lepalaissavant.fr/pourquoi-et-comment-remplacer-le-lait-de-vache/

Pourquoi et comment remplacer le lait de vache ?

Plusieurs raisons peuvent vous pousser à arrêter le lait de vache et le remplacer par des laits végétaux. Pour votre santé, pour l’environnement, parce que vous êtes allergique ou intolérant au lait de vache (et que vous ne le savez peut être pas encore !) ou parce que cela vous parait tout simplement incohérent de boire le lait d’un autre animal. Petit tour d’horizon du pourquoi, du comment et de tous les bénéfices que vous pourriez en tirer.

 

POURQUOI ?

La consommation de lait de vache est de plus en plus critiquée, remise en question et on assiste à un nombre croissant de personnes qui décident tout simplement de l’éliminer de leur alimentation. Ce qui peut vous amener à vous demander : Mais ils vont être carencés en calcium ! Et puis du lait de vache, on en consomme depuis toujours, pourquoi donc le remettre en question ?

Le lait de vache fait partie de nos habitudes alimentaires, sa consommation « va de soi » et elle est même plébiscitée par les messages publicitaires. Mais cette question est loin d’être aussi simple que ce que l’on veut vous le faire croire. Le lait de vache, on mérite tous de s’y attarder quelques minutes pour comprendre et pour avoir le choix.

Les graisses et les toxines

Techniquement, le lait de vache c’est de la graisse en suspension dans de l’eau. Le lait de vache est un produit gras qui contient essentiellement des acides gras saturés à grosses molécules lipidiques. Qui dit saturés, dit à consommer en modération sinon il existe un risque d’obésité et de maladie. Entendons nous bien: ce n’est pas la chasse à la graisse dont nous parlons mais la chasse aux graisses inutiles et nocives. Notre corps a besoin d’un apport en graisses de bonne qualité pour son développement, c’est-à-dire, principalement des graisses insaturées : du lait maternel pour les nourrissons et principalement des graisses végétales pour l’Homme.

Un autre point négatif pour le lait de vache, il a la capacité de fixer les toxines qui sont déjà présentes dans notre corps : c’est pourquoi quand vous souffrez d’une maladie chronique comme la grippe ou une infection des angines, on vous conseille vivement de supprimer le lait de votre alimentation si vous souhaitez mener à bien votre guérison. D’autant plus que la caséine, la protéine du lait, irriterait le système immunitaire de l’Homme. Le lait entretiendrait et aggraverait  certaines maladies comme l’asthme ou les bronchites. Si vous êtes un adulte et que vous trainez depuis longtemps une maladie chronique et récidivante de ce type alors vous avez tout intérêt à couper les laitages pendant quelques temps et voir comment votre corps réagit.

Enfin, c’est logique : le lait de vache contiendra les mêmes hormonesantibiotiques ou pesticides que la vache aura été amenée à ingérer pendant sa croissance (si elle en a ingéré).

L’incohérence

De nombreuses personnes pointent du doigt l’incohérence que représenterait pour l’Homme de consommer du lait de vache. C’est-à-dire ?

C’est vrai, nous sommes la seule espèce qui se nourrit volontairement et en grande quantité du lait d’une autre espèce. Si la nature est bien faite, le lait de vache conviendrait au bon développement du veau, et le lait maternel au bon développement du nourrisson. Non? Chaque lait est adapté au petit de son espèce et le lait de vache convient aux veaux, qui sont voués à peser une demi-tonne à l’âge de deux ans. Dans ce cas là, est-il vraiment adapté au développement humain ?

Deuxième incohérence : Nous sommes également la seule espèce qui continue à boire du lait après la petite enfance. Normalement, le corps de la mère produit du lait qui se tarit au bout de quelques mois ou années ce qui amène une transition dans l’alimentation de tous les mammifères, qui ne consommerons plus de lait. Nous sommes donc la seule espèce qui continue à consommer du lait pendant toute sa vie et en plus, du lait qui ne provient pas de son espèce. Voilà pourquoi, pour certains, boire du lait n’a tout simplement pas de sens.

 L’ostéoporose

Mais alors, me direz-vous : si consommer du lait est incohérent et source de graisses, nous devons bien admettre qu’il est une source exceptionnelle de calcium dont nos os ont tant besoin. C’est là que le bât blesse. Les messages publicitaires/sanitaires nous disent : le lait est source de calcium, qui fortifiera vos os et évitera l’ostéoporose (fragilité de la masse osseuse qui conduit à des fractures). « Ne vous en privez donc surtout pas ! » Pourtant, les dernières études scientifiques internationales de l’Organisation Mondiale de la Santé ont du admettre que c’était l’inverse qui se produisait. J’insiste d’ailleurs sur l’importance de la source : l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS). Pour la question du lait, comme dans d’autres questions alimentaires sensibles, nombreux seront ceux qui traiteront les sources de «charlatans » et autres « affabulateurs » pour décrédibiliser un discours qui ne va pas dans le sens de la « norme ». L’OMS, on ne peut pas faire plus sérieux, alors écoutons ce qu’ils ont à dire.

L’OMS a nommé ce phénomène le « paradoxe du calcium » : depuis plusieurs années ils ont constaté que c’était dans les pays où l’on consommait le plus de calcium (pays Occidentaux) que les fractures de la hanche (une conséquence de l’ostéoporose) étaient les plus élevées ! Notre consommation étant de l’ordre de 900mg de calcium, ce qui correspond à 3 produits laitiers par jour. De l’autre côté, les petits consommateurs (300mg) comme le Pérou ou l’Inde ont des taux de fracture bien inférieurs.

Comment est-ce possible ? Plusieurs facteurs sont à prendre en compte:

–          Le lait et les produits laitiers sont acidifiants pour le corps ce qui a pour conséquence de déminéraliser l’os s’ils sont consommés en forte quantité.

–          Les protéines animales sont également acidifiantes, consommer des produits laitiers et des protéines animales en grande quantité : cocktail acidiant assuré. Sans oublier que lait de vache est déjà blindé de protéines : jusqu’à trois fois plus que le lait humain.

Enfin, tout cela repose sur l’idée que c’est plus important de bien retenir le calcium que l’on a dans nos os plutôt que d’essayer d’en fournir un maximum à notre corps. Et pour le retenir, il faut privilégier les aliments avec un pH basique, c’est-à-dire les aliments végétaux.

L’intolérance

En plus de tous ces facteurs, notre corps humain nous envoie déjà un message d’intolérance au lactose. Les études concluent que l’intolérance au lactose concerne 15% des nord-européens, 23% des centres européens, 80% des noirs et des latino-américains et jusqu’à 100% des amérindiens et des asiatiques. Cela veut dire que leur corps est incapable de digérer le lactose car les enzymes qui le permettaient ont cessé d’être produites après l’enfance. Le lait n’est plus assimilable et sa consommation est accompagnée de symptômes désagréables. Quelques exemples de symptômes: ballonnements, diarrhées, douleurs abdominales, crampes abdominales qui surviennent entre 20 min à plusieurs heures après avoir bu du lait de vache.

Pour le calcium, ne vous inquiétez donc pas, vous le trouverez dans la plupart des aliments. En ce qui concerne votre cuisine ou vos habitudes alimentaires, les laits végétaux sont là pour vous aider.

LES LAITS VEGETAUX

Le terme « lait » est uniquement utilisé en écho au terme de » lait de vache », mais techniquement, le lait végétal c’est des ingrédients végétaux et de l’eau. Les variétés sont très nombreuses et il y en a pour tous les goûts :

Les laits à base de noix

Le  lait d’amande : lait nutritif et antiseptique pour les intestins. Il contient des vitamines A, B et E, du calcium, du fer, du magnésium en grande quantité et des fibres. Son goût est délicieux.

 Le  lait de noisette : reminéralisant, vermifuge (permet d’éradiquer les parasites intestinaux) et très digeste. Riche en calcium, fer, magnésium et en acides gras mono-insaturés.

Le lait de coco : contient des minéraux, du fer, du magnésium et du  zinc. Cependant c’est un des laits végétaux les moins digestes, préférez-le pour aromatiser certains plats spécifiques comme le curry.

 

 

Les laits à base de céréales

Le lait de riz : lait de céréale réputé le plus doux et le plus digeste. Il contient de la silice, constituant essentiel des os, tendons et cartilages, ce qui permet la bonne fixation du calcium et du magnésium.

Le lait de soja : le lait végétal le plus riche en calcium et en protéines mais il est également très indigeste, c’est pourquoi il est déconseillé pour les enfants. De plus, il ne faut pas abuser des produits à base de soja car leurs effets sur la santé peuvent être contre-productifs lorsqu’ils sont consommés en grande quantité.

Le lait d’avoine : contient du calcium, du fer, du magnésium, des vitamines E et B (et du gluten donc à éviter pour les intolérants au gluten).

Les laits à base de graines

Bien plus rares, on y retrouve le lait de tournesol, de chanvre ou de sésame.

LES AVANTAGES DES LAITS VÉGÉTAUX

Les laits végétaux sont beaucoup plus digestes que le lait de vache et ils sont riches en vitamines, minéraux et en acides gras non saturés. C’est excellent pour votre santé et surtout pour votre coeur. En plus, pas de risque d’allergie ou d’intolérance ! Leur goût est délicieux même s’il nécessite 2 à 3 prises avant de s’y habituer complètement.

Vous pouvez les consommer excatement comme le lait de vache : au petit déjeuner avec vos céréales ou en cuisine lorsque vous préparez vos repas préférés (gâteux, sauces  ou béchamel !)

Une contre indication à prendre en compte: pas de laits végétaux pour les nourrissons (pas de lait de vache non plus d’ailleurs!), uniquement du lait maternel, destiné spécifiquement à leur croissance.

Commenter cet article