Etat d'urgence après les attentats : François Asselineau s'exprime

Publié le par Vahine

Etat d'urgence après les attentats : François Asselineau  s'exprime

Pour ceux qui n'auraient pas compris que nous nous dirigeons vers une dictature, voici un texte de François Asselineau de l'UNION POPULAIRE REPUBLICAINE, pris sur Facebook :

 

LE GOUVERNEMENT SEMBLE CRAINDRE UNE ATTAQUE CHIMIQUE MASSIVE ET DES MILLIERS DE MORTS PENDANT LA COP21 ET PROFITE DES ATTENTATS POUR IMPOSER UN POUVOIR DE MOINS EN MOINS DÉMOCRATIQUE.
------------------------------------------
Ce n'est hélas pas du « complotisme ». C'est un arrêté ministériel - on ne peut plus officiel - qui a été pris le 14 novembre 2015, le lendemain des attentats parisiens, et qui a paru au Journal Officiel d’hier, 15 novembre.

Ce texte autorise l'utilisation pour le grand public du sulfate d'atropine fabriqué par la Pharmacie centrale des armées.

Et pourquoi cet arrêté ministériel autorise-t-il soudain le recours à ce produit fabriqué par les Armées ? 

Pour les raisons suivantes, figurant dans ce que les juristes appellent « l'exposé des motifs », toujours situé en haut des arrêtés ministériels :

-------------------

1°) parce qu'il va y avoir de nombreux chefs d’État à Paris à partir du 29 novembre 2015.

=> Dans l'exposé des motifs de l'arrêté ministériel, cette idée figure sous la formulation suivante :
« Considérant l'accueil sur le territoire français d'un sommet de chefs d’État, préparatoire à la COP21, le 29 novembre 2015 »;

-------------------

2°) parce que l'on craint des attentats terroristes massifs avec des gaz neurotoxiques. 

=> Dans l'exposé des motifs de l'arrêté ministériel, cette idée figure sous la formulation suivante :
« Considérant que le risque d'attentats terroristes et le risque d'exposition aux neurotoxiques organophosphorés constituent des menaces sanitaires graves qui appellent des mesures d'urgence » ;

------------------

3°) parce que le sulfate d'atropine, en solution injectable 40 mg/20 mL, est l'antidote spécifique dans les intoxications aiguës par des gaz neurotoxiques de guerre, dans un contexte de catastrophe.

=> Dans l'exposé des motifs de l'arrêté ministériel, cette idée figure sous la formulation suivante :
« Considérant les données disponibles sur le sulfate d'atropine, solution injectable 40 mg/20 mL PCA comme antidote spécifique dans les intoxications aiguës par les anticholinestérasiques (insecticides organo-phosphorés, neurotoxiques de guerre et carbamates) ou par les médicaments parasympathomimétiques ou cholinomimétiques, dans un contexte d'urgence ou de catastrophe » ;

---------------------
4°) parce qu'il n'y a pas actuellement suffisamment de sulfate d'atropine disponible pour le grand public, en dehors de celui détenu par le ministère de la défense.

=> Dans l'exposé des motifs de l'arrêté ministériel, cette idée figure sous la formulation suivante :
« Considérant que, malgré l'obtention d'une autorisation de mise sur le marché français délivrée par l'Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé pour le sulfate d'atropine 40 mg/20 mL PCA, les contraintes de fabrication et d'étiquetage ne permettent pas sa mise à disposition dans des délais compatibles avec l'organisation de la COP 21 ;

----------------------

5°) parce que l'on envisage une attaque massive au gaz, avec un nombre potentiellement important de victimes à des neurotoxiques de guerre.

=> Dans l'exposé des motifs de l'arrêté ministériel, cette idée figure sous la formulation suivante :
« Considérant qu'aucun autre médicament adapté à la prise en charge en urgence n'est à ce jour autorisé en cas d'exposition de personnes à des neurotoxiques organophosphorés (insecticides organo-phosphorés, neurotoxiques de guerre et carbamates, médicaments parasympathomimétiques ou cholinomimétiques) et qu'il convient de prendre toute mesure utile pour prévenir les atteintes graves pour la santé, en cas d'exposition d'un nombre potentiellement important de victimes à des neurotoxiques organophosphorés » ;

-----------------------------

Cet arrêté a paru au Journal Officiel de la République française, la référence est le JORF n°0265 du 15 novembre 2015 page 21381, texte n° 8. 

On peut le lire en ligne ici : http://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do;jsessionid=F3D…

-----------------------
COMMENTAIRES
-----------------------
La parution de cet arrêté ministériel prouve que le gouvernement envisage froidement qu'une attaque avec des armes chimiques hautement dangereuses pourrait être lancée sur Paris dans les semaines qui viennent. Or le gaz de type Sarin peut provoquer des milliers de morts.

Cela donne à penser que le gouvernement dispose d'informations alarmantes sur les risques encourus par la population française, notamment à Paris.

Dans ces conditions, la preuve est ainsi apportée, noir sur blanc, du caractère démentiel de l’actuelle diplomatie française. L’obéissance au doigt et à l’œil de François Hollande et de son gouvernement à leurs commanditaires d’outre-Atlantique passe avant la volonté de sauver le peuple français de tueries de masse ! 

Car la meilleure façon d'éviter les victimes innocentes, ce n'est pas d'organiser la distribution de sulfate d'atropine au public ! C'est de retirer la France de ses alliances militaires et de ses guerres illégales au regard du droit international, ce qui implique un changement complet de politique diplomatique et militaire et le respect du droit international.

L’inconscience criminelle du gouvernement, et son entêtement à mener des guerres illégales et très meurtrières au Moyen Orient sous l’égide des États-Unis, effraient même jusqu’à Sarkozy et Juppé. C'est dire ! Ils ont réclamé l'un et l'autre une « inflexion » de notre politique étrangère qui risque, sinon, de provoquer des carnages de plus en plus massifs sur le sol national.

-------

Mais la parution de cet arrêté ministériel obéit peut-être à une propagande vicieuse. Elle n'est peut-être qu'une partie d'un vaste plan de communication, conçu par le gouvernement et destiné à affoler la population française.

Dans quel but ? Dans le but de lui faire accepter sans broncher la prorogation de l'état d'urgence pendant 3 mois, voire la proclamation de l'état de siège, voire même la décision de François Hollande de prendre les pleins pouvoirs en application de l'article 16 de la Constitution. 

Ce n'est pas une affabulation, le Figaro notamment a déjà envisagé cette hypothèse : http://www.lefigaro.fr/…/01002-20151114ARTFIG00216-hollande…

Du reste, François Hollande a annoncé aujourd'hui même une réforme de la Constitution, et notamment de l'article 16 qui accorde les pleins pouvoirs au chef de l’Étathttp://www.liberation.fr/…/francois-hollande-annonce-une-re…

Et au passage, le locataire de l’Élysée annonce qu'il veut proroger de 3 mois l'état d'urgence dans tout le pays.

---------------------
CONCLUSION
-----------------------
Quelle que soit l'hypothèse retenue - et l’une n'est pas exclusive de l’autre - nous devons regarder la réalité en face : la tournure prise par les événements devient chaque jour de plus en plus grave et inquiétante. 

François Hollande et son gouvernement ont totalement aligné la France sur Washington, ses guerres prédatrices illégales et terriblement meurtrières. Ce qui occasionne les tueries qui frappent la France et dont le gouvernement estime sans ciller qu'elles vont se poursuivre : c'est très exactement ce qu'a annoncé Manuel Valls : http://www.lefigaro.fr/…/97001-20151114FILWWW00239-attentat…

François Hollande et son gouvernement soutiennent des gouvernements ayant ouvertement des affinités avec des néo-nazis. Que ce soit en Estonie ou en Lettonie, mais aussi en Ukraine où le gouvernement de Kiev, imposé par les Américains, compte les mouvements néo-nazis Svoboda et Pravyi Sektor parmi ses alliés.

François Hollande et son gouvernement sont résolus à détruire ce qui reste des acquis sociaux des Français. La nomination d’Emmanuel Macron, imposée par les oligarques financiers qui tiennent le gouvernement, veille à ce qu’il en soit ainsi.

François Hollande et son gouvernement sont prêts à ratifier le traité transatlantique (TAFTA), qui aura pour effet de subordonner les peuples et les nations aux décisions des grands groupes industriels et financiers. Ce qui signe la fin de la démocratie.

François Hollande et son gouvernement veulent expressément marginaliser la langue française, avec l’enseignement massif de l’anglo-américain d'un côté, la relance de la Charte des langues régionales de l’autre. C'est la fin de la France qui est ainsi programmée.

François Hollande et son gouvernement veulent d'ailleurs expressément disloquer la France avec la suppression des départements, la création des « régions XXL », dotées de plus en plus de pouvoirs et traitant directement avec Bruxelles, et un afflux totalement incontrôlé de migrants. L’objectif final étant de détruire les États nations, de proclamer des « États-Unis d’Europe » fondés sur des régions ayant la taille de la Catalogne ou de l’Écosse. 

La politique des euro-régions et la ratification de la Charte des langues régionales et minoritaires visent ainsi à supprimer purement et simplement la République française. Une fois brisées les solidarités nationales héritées des siècles, il sera plus aisé de transformer les peuples en esclaves.

Tous ces plans déments sont à l’œuvre. Seuls les naïfs, les inconscients, les lâches ou les complices, refusent de les voir, préférant hausser les épaules ou changer de sujet.

Mais, comme les résistances des peuples deviennent chaque mois de plus en plus manifestes et qu’un éveil se manifeste un peu partout – en France notamment -, l’idée semble désormais être le passage en force. 

François Hollande et son gouvernement semblent ainsi résolus à supprimer ce qui reste des libertés publiques et de la démocratie en France.

On le voit en ce moment même en France où, sous couvert de « respecter les victimes des attentats », tous les grands médias ont annulé les émissions de la campagne électorale… à moins de 3 semaines des élections ! Élections qui, elles, ne sont pas annulées…

Les très rares émissions auxquelles l’UPR devait participer dans les grands médias ont ainsi été supprimées, tandis que la propagande d’État triomphe

Un tel musèlement de la vraie opposition moins de 3 semaines avant des élections nationales tenues en période d’état d’urgence, c'est du jamais vu sous la République. Ni dans aucune démocratie digne de ce nom. On imagine d'ailleurs ce que diraient les grands médias français si des élections se tenaient dans un tel contexte en Russie ou en Chine. Que n’entendrait-on pas !

Ainsi donc, sur toutes les grandes chaînes de télévision et de radio, on ne voit plus et on n’entend plus que le PS, LR et le FN, tous les trois la main dans la main pour rivaliser à qui réclamera le plus vite l’ouverture de camps de concentration (Laurent Wauquiez) ou à qui se pliera le mieux aux orientations du « Choc des civilisations » voulu par Washington. Cette complicité LR-PS-FN a au moins ce mérite de dévoiler devant beaucoup de Français que le FN est bel et bien la roue de secours du système euro-atlantiste, ce que l’UPR explique depuis des années.

-----

Il faut que les Français se ressaisissent désormais très vite. Derrière les fumées de la propagande et de la manipulation, c'est le masque hideux de la dictature eurofasciste qui est en train d’apparaître pour de bon.

François ASSELINEAU
16/11/2015

Commenter cet article