Boues rouges : Altéo continuera de déverser ses déchets toxiques en mer

Publié le par Vahine

Boues rouges : Altéo continuera de déverser ses déchets toxiques en mer

Boues rouges et pots de vin !

Je suppose que le préfet et Manuel Vals ont du être largement rétribués pour cette décision ...

Et pendant ce temps là on veut nous interdire de faire un feu de cheminée ou de rouler en ville avec un diesel sous prétexte d" écologie " !!!!!

De qui on se fout à votre avis ??????

Un article de M. Mondialisation : https://mrmondialisation.org/scandale-des-boues-rouges/

 

Boues rouges : Altéo continuera de déverser ses déchets toxiques en mer

8 Janvier 2016

 

Les Calanques (Cassis et Marseille) situées dans le sud de la France en région Provence-Alpes-Côte-d’Azur sont des lieux reconnus pour leur grande beauté et leur réservoir de biodiversité. Le site naturel, proclamé Parc National en 2012, offre des panoramas particulièrement vertigineux et reçoit la visite de 1 à 2 millions de visiteurs chaque année. Mais les Calanques c’est aussi la décharge de l’entreprise Altéo qui vient d’obtenir le droit de continuer à déverser ses déchets industriels en plein cœur du Parc situé en Mer Méditerranée, pendant encore 6 ans. Chantage à l’emploi oblige, l’entreprise rejette ses déchets en mer depuis 50 ans…  

 

Depuis les années 60, c’est à environ 7 kilomètres des côtes que l’entreprise Altéo, située dans la ville de Gardanne, rejette en mer toutes sortes de composés chimiques extrêmement polluants comme de l’arsenic, du chrome, du plomb ou encore du mercure, issus de la production d’alumine. Des composés toxiques résidus de cette industrie à l’impact environnemental important qui continueront de dénaturer un site au patrimoine remarquable, mais grandement fragilisé par cette activité industrielle, pendant encore 6 ans au moins.

Selon un article du monde relayé par francetvinfo.fr ce serait 6 tonnes d’aluminium, 83 kilos de fer, 11 kilos d’arsenic et 20 mg de mercure qui seraient déversés en mer chaque jour par l’entreprise spécialisée dans l’aluminium. Cette usine qui produit de l’alumine pour la fabrication d’écrans plats et autres tablettes tactiles est le premier producteur mondial dans le domaine et représente par conséquent de nombreux emplois : « quatre cents directs et plus d’un millier en comptant la sous-traitance » estime le Monde Diplomatique. La pollution évacuée en mer par le biais d’une canalisation créée en 1966 touche toute la Côte provençale, des eaux marseillaises jusqu’aux abords de Toulon. Les fonds marins seraient également très touchés. Plus de trente millions de tonnes de déchets auraient été répandus par 200 mètres de fond au cœur des fosses marines.

P1Image : Collectifs littoral

Interdiction des Boues Rouges, autorisation de la partie liquide des effluents … 

Si les rejets de boues rouges sont désormais interdits depuis ce début de janvier 2016, ce n’est pas le cas de la partie liquide de ces effluents. Ces derniers continueront à être déversés en mer pendant au moins encore 6 ans. L’autorisation vient du préfet des Bouches du Rhône et aurait apparemment été corrélée par Manuel Valls, le premier Ministre français. Ségolène Royal, Ministre de l’écologie s’est exprimée de son côté juste après cette prise de décision : « Je désapprouve cette décision. Je n’ai pas du tout changé d’avis, je pense que c’est une mauvaise décision qui est essentiellement suscitée par le chantage à l’emploi.« 

Ces rejets polluants dépassent pourtant les limites réglementaires en matière de toxicité. Altéo a annoncé que les matières solides (boues rouges) seraient séparées des matières liquides par le biais d’un nouveau procédé, ce qui permettrait selon l’entreprise de limiter l’impact environnemental. Pour les écologistes, les effluents sont tout autant dangereux et contiennent les mêmes polluants. Seules la couleur et l’aspect de la matière changeraient. Ces déchets toxiques rejetés en mer auraient déjà causé la mort de nombre de poissons tout en dégradant les fonds marins et la biodiversité qui la constituait. Autre problème majeur, des particules polluantes issues de l’industrie seraient transportées par les vents et pourraient avoir causé des maladies chez les riverains, notamment des cancers, selon les informations du Monde Diplomatique. Les poissons qui rentrent dans l’alimentation humaine seraient passablement contaminés.

Nous sommes là face à un cas de pollution environnementale majeure au cœur de la France qui viole la Convention de Barcelone pour la protection de la Mer Méditerranée. Écologistes et pêcheurs locaux invitent à la mobilisation le 30 janvier devant la Préfecture de Marseille -> LIEN de l’événement. José Bové a apporté son soutien à la mobilisation et sera également présent.

Signer la Pétition : Interdire le rejet dans la mer en plein cœur du Parc national des Calanques de boue rouge

 

Publié dans Ecologie, multinationales

Commenter cet article