Affaire Snowden, suite : L'avion du président bolivien forcé à se poser

Publié le par Vahine

Sur le site  d'Allain Jules : http://allainjules.com

Là, ça devient vraiment du délire !!!!!

Arrivera t'on encore longtemps  à nous faire croire que nous vivons en démocratie ???

 

DELIRIUM TREMENS. Edward Snowden : les caniches et la dictature Barack Obama

Le president Morales et son aide de camp à l'aéroport international de Vienne

Obama devient fou, ou alors ses caniches le sont encore plus. L’avion du président bolivien Evo Morales a été contraint de se poser à l’aéroport de Vienne où il est resté pendant plusieurs heures. Ce scénario ahurissant survient après que le Portugal, l’Italie, l’Espagne et la France, grandes démocraties devant Dieu et les hommes, aient brusquement annulé les permis du survol de leurs espaces aériens. Et ceci, parce qu’il y avait soupçon qu’à l’intérieur, il y avait Edward Snowden.

Et là, l’Autriche n’a trouvé aucun signe de Snowden à bord. Gêné, le président autrichien s’est déplacé à l’aéroport pour s’excuser auprès de son homologue bolivien. Qu'est ce qu' Edward Snowden n’a pas encore dit  pour que les Etats-Unis menacent le monde entier ? Pire, voilà des gens qui refusent de respecter l’immunité d’un avion présidentiel que personne ne doit, ne peut arraisonner, peu importe le soupçon. C’est la folie…

C’est vraiment du n’importe quoi. C’est inacceptable…L’affaire Snowden montre bien que les Etats-Unis ne respectent rien, surtout pas le droit international. En bon donneur de leçons, c’est assez pathétique de voir ça…Plus que jamais, Poutine doit faire preuve de courage et  dire NIET tout court, sans donner des conditions pour Snowden. Les démocraties ne sont finalement pas celles que l’on croit…

Le Portugal, l’Italie, l’Espagne et la France ne sont que des caniches, des pays sans souveraineté, des nuls. Pire, ils doivent répondre de cette violation flagrante de l’immunité présidentielle du président de la Bolivie car, ils sont pris en flagrant délit de violation du droit international. Honteux

Et un autre article sur : RIA Novosti : http://fr.rian.ru

 

 

BUENOS AIRES, 3 juillet - RIA Novosti

 

La présidente argentine Cristina Fernández de Kirchner a qualifié d'"impunité inadmissible" le comportement de la France et du Portugal, qui ont interdit le survol de leurs territoires à l'avion du chef de l'Etat bolivien Evo Morales, rapportent mercredi les médias argentins.

"On a vraiment l'impression que tout le monde est devenu fou. Un chef d'Etat et son avion bénéficient d'une immunité totale. Une telle impunité est inadmissible", a écrit Mme Kirchner sur son compte Twitter.

La France et le Portugal ont fermé mardi leur espace aérien à l'avion du président bolivien Evo Morales qui rentrait dans son pays en provenance de Moscou, Paris et Lisbonne ayant soupçonné la présence de l'ancien agent de la CIA Edward Snowden à bord de l'appareil qui a dû se poser à Vienne, en Autriche, trois heures et demie après son décollage. Après que le chef de la diplomatie autrichienne a confirmé l'absence de l'agent fugitif parmi les passagers de l'avion présidentiel, Paris et Lisbonne ont finalement donné leur feu vert au survol de leur territoire.

Ce comportement de pays européens ayant interdit le survol de leur territoire suscite une indignation croissante en Amérique latine.

L'ex-employé de l'Agence nationale de sécurité (NSA) et de la CIA, l'analyste Snowden, est recherché par les Etats-Unis pour ses révélations fracassantes sur le programme d'espionnage américain.

Trois chefs d'accusation, dont chacun pourrait lui coûter jusqu'à 10 ans de prison, sont retenus contre M.Snowden aux Etats-Unis. Il est notamment accusé de transfert illégal d'informations relevant de la sécurité nationale, de transfert prémédité de renseignements secrets et de détournement de patrimoine public.

En provenance de Hong Kong, il serait coincé depuis plus d'une semaine à l'aéroport Cheremetievo de Moscou, son passeport ayant été annulé par les Etats-Unis.

 

 

Snowden: imbroglio diplomatique après l'escale forcée de Morales

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article