Annie Lacroix-Riz : Le choix de la défaite

Publié le par Vahine

Hitler

 

L'histoire ( française ) nous présente les Français pendant la guerre comme, en majorité, de courageux résistants, offusqués par le sort réservé par les Allemands aux Juifs et tombant sous les balles en chantant La Marseillaise .....

Évidemment, l'histoire a été réécrite par les vainqueurs   .... c.a.d. nous,

Dans la réalité, la plupart des français auraient sûrement vendu père et mère pour une motte de beurre .....

Quand au sort des juifs ......

A part quelques exemples exceptionnels, on peut penser que dans le meilleur des cas, les Français se souciaient très peu de savoir où allaient ces trains ....

Et dans le pire des cas .... il n'y avait pas que Allemagne à compter des antisémites !!!!

Mais dans cet article, Annie Lacroix-Riz nous parle d'un choix délibéré, de la part du gouvernement français, d'accepter la montée en puissance du Nazisme, dans le but de contrer les communistes ....

 

Un entretien avec l'historienne Annie Lacroix-Ruiz, à propos de son livre " Le Choix De La Défaite " , qui relate comment les élites françaises ont manoeuvré pour mettre en place Hitler dans les années 30.
ICI : link

 


L'Histoire telle qu'elle est "racontée" aux Français : avant la défaite...de 1933 à 1940 par Jean LEVY
Les années qui ont précédé la guerre
...


De nombreux téléfilms sont projetés sur nos écrans diffusant des documents sur la France pendant l'Occupation. Ils sont destinés à éclairer nos concitoyens sur la réalité historique de cette période. Ils sont censés apporter, images à l'appui, un éclairage sur la Résistance, le régime de Vichy, la répression , la vie quotidienne dans notre pays, durant les années noires.

La progression des mesures antijuives conduisant à la Shoah est l'un des thèmes les plus popularisé .

Ces leçons d'histoire pourraient permettre de transmetttre la mémoire de ces quatre années aux jeunes générations. Celles-ci sont en effet dépourvues d'informations, car le temps qui passe efface un passé mal connu.
Sans méconnaître l'intérêt de ces films documentaires, ceux-ci sont le plus souvent, par de graves omissions ou par une désinformation pure et simple, des outils de propagande . Ils participent par la réécriture de l'Histoire à une opération idéologique anticommuniste.

Deux moyens essentiels sont utilisés.
Le premier, c'est d'ouvrir le dossier à partir de juin 1940, par la simple évocation de la défaite. Le désastre militaire constituerait ainsi l'explication unique de la capitulation, de l'occupation militaire allemande et de l'installation du régime de Vichy . Ce qui est occulté, ce sont les raisons, les évènements, qui ont conduit la France à la catastrophe.

Il s'agit du "Choix de la défaite", objectif délibéré des "élites" de cette époque.

Le second moyen utilisé par la nouvelle Propaganda Abteilung française pour dénaturer la réalité historique, c'est de gommer le rôle et l'action des communistes durant la première année d'occupation, c'est-à-dire avant l'agression allemande contre l'Union soviétique, le 22 juin 1941.

Examinons, aujourd'hui, les évènements qui ont précédé le désastre militaire.

Rappelons les faits essentiels.

30 janvier 1933 : Hitler devient chancelier du Reich. Son parti, le NSDAP, le Parti national-socialiste, avait obtenu 37% des vois aux dernières élections. Fruit des frustrations nées du traité de Versailles, des crises économiques et sociales des années 20, puis suite à l'effondrement de Wall Street, en Octobre 1929, les nazis progressent d'élections en élections, soutenus financièrement par le grand patronat allemand des Krupp et Thyssen. Les maîtres de la Ruhr et des Banques voient en Hitler l'homme qui va éliminer l'opposition ouvrière, les communistes en premier lieu, et qui par un effort de guerre sans précédent, peut donner à l'Allemagne la première place en Europe, puis, militairement, la dominer.

En France, la peur du peuple, la hantise du 'bolchevisme' poussent l'oligarchie industrielle et financière à regarder avec intérêt l'expérience hitlérienne. Mais, au-delà de ces considérations, ce qui conduit le patronat français à "faire le choix " de la défaite, c'est l'imbrication totale du capital de secteurs entiers de notre économie avec celui de leurs homologues allemands. C'est vrai dans la sidérurgie, les mines, l'industrie chimique.
Leur communauté de destin les lie et va déterminer les choix politiques de la bourgeoisie française durant cette décennie.

D'abord, celle-ci va tenter d'instaurer en France un régime totalitaire. Elle dispose d'organisations fascistes diverses - les Croix-de-feu, les Jeunesses Patriotes, la Solidarité française, les Camelots du Roi, les Francistes - qui vont tenter le 6 février 1934, un coup de force contre la République. Ils seront à la tête du gouvernement de Vichy, avec Pétain, en juillet 1940.

Ils échouent provisoirement en 1934, devant la levée en masse du peuple : les communistes et les socialistes vont s'unir dans le Front populaire en 1935, et gagner les élections en 1936.

Les grandes grèves, avec l"occupation" des usines et des magasins, en juin 36, vont imposer un printemps social inégalé.
C'est la grande peur des possèdants.
Ceux-ci obtiennent du gouvernement socialiste, la "pause" dans les réformes, c'est-à-dire leur mise en cause.
La bourgeoisie et la réaction reprennent le pouvoir avec le radical Edouard Daladier et le représentant de la droite Paul Reynaud.
Finie "la semaine des deux dimanches !".

Pendant ce temps, dès 1935, l'Allemagne récupère la Sarre.
En 1936, elle peut ensuite réoccuper militairement la rive gauche du Rhin, sans réactions hostiles de la part des gouvernements français.

Puis, les armées italienne et allemande interviennent en Espagne, en juillet 1936, pour soutenir les militaires fascistes de Franco. La France, comme la Grand-Bretagne, décrètent la "non-intervention" et laissent écraser la république espagnole.

Seuls, les volontaires ouvriers des Brigades internationales sauvent l'honneur en se portant au secours des Républicains. Une majorité de militants communistes français en fait partie. Ils formeront plus tard les cadres de la résistance des Francs-Tireurs et Partisans.
Ensuite, l'Autriche est annexée en mars 1938.

La France et la Grande-Bretagne, contrairement aux accords qui les lie à la Tchécoslovaquie, abandonnent à Hitler la région frontière de celle-ci, les Sudètes, où se trouvait la ligne fortifiée tchéque.
Ce sont les Accords de Munich, signés en septembre 1938, et ratifiés par l'ensemble des députés, sauf les communistes et un élu socialiste, qui votent contre.

En mars 1939, la Whermacht occupe l'ensemble du territoire tchécoslovaque et attaque la Pologne le premier septembre...
On connaît la suite : la guerre, le 3 septembre, que le gouvernement ne mènera que contre les communistes, dont le Parti est dissout et ses militants arrêtés en masse, alors que les politiciens qui vont se vautrer dans la collaboration, tiennent le haut du pavé.

RESULTATS :

En sept ans, Hitler franchira la distance qui sépare Berlin de Paris.
La guerre des panzers nazis durera cinq semaines.
Pétain obtient les pleins pouvoirs de la majorité des parlementaires le 10 juillet 1940.
L'Occupation allemande commence.
L'Etat français s'installe.

 

 

Publié dans Guerre

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Tietie007 28/04/2016 09:15

Une petite vidéo critique sur Le choix de la défaite :

http://www.dailymotion.com/video/x446k6h_annie-lacroix-riz-historienne-ou-militante-politique_school

Vahine 13/05/2015 12:17

Les politiciens étaient déjà des traîtres à cette époque !!!

dugesclin 12/05/2015 20:52

III république = capitulation empressée + perte de l’Alsace-Lorraine + 5 milliards d’indemnité de guerre + collaboration avec l’Allemagne pour libérer les prisonniers afin de massacrer les Français résistants (le "drapeau rouge" levé la première fois pour appeler "tous les Francais" le 3 août 1124 était la chemise rouge du sang de Saint Denis, évangélisateur des Gaules et patron protecteur de la France).
MAIS !
La Banque de France avait versé en 1870 un dividende de 80 francs par action à ses actionnaires « privés » (les fameuses "200 familles"). En 1871, après la défaite, il passa à 300 francs. (voir "banque de france sur wikipedia".
Les informations de Mme Annie Lacroix-Riz Historienne n'ont rien de surprenantes pour une république qui avait si bien commencé.
En complément voir les liens de cette banque « privée » à l’époque avec les membres du gouvernement (voir la famille Perier par exemple).

Tietie007 21/06/2013 07:40

Et bien lisez-le et vous serez surpris des sources qu'elle utilise ...dès la page 1, un article de Jean Mamy qui prouverait l'existence de la synarchie ...cherchez qui est Jean Mamy sur Google.

dugesclin 12/05/2015 19:39

“Vous pouvez voir le mauvais critique à ce qu’il commence par parler du poète et non du poème.” Ezra Pound (cherchez qui est Ezra Pound dans Google)

Vahine 25/06/2013 15:31

J'ai trouvé, je ne vois pas le problème, il vaut toujours mieux avoir plusieurs sons de cloches ...

Tietie007 27/12/2012 09:44


Avez-vous lu son livre, Le choix de la défaite ?

Vahine 27/12/2012 19:02



Malheureusement non, je n'ai pas les moyens d'acheter tous les livres que je voudrais lire, et on ne trouve pas ce genre de livre dans les bibliothèques municipales ...