Europe : loi sur l'interdiction de la vente de compléments alimentaires

Publié le par Vahine

 

 

Madame, Monsieur,

Imaginez que vous ayez un enfant ou un conjoint gravement mal...ade...
Il existe un remède naturel sans danger ni effets secondaires,
qui pourrait peut-être le guérir...
mais l'Union Européenne fait tout pour que vous n'en soyez pas informé.

Au contraire, les autorités vous incitent à lui administrer des médicaments chimiques aux effets secondaires potentiellement gravissimes.
Vous êtes entre leurs mains.
Ce cauchemar absurde, c'est une réalité imminente qui menace l'Europe et tous ses habitants, vous et moi y compris.

Après des années de lobbying, l'agro et la pharma-industrie sont en train de parvenir à leur but :
Un texte draconien de l'Union Européenne est sur le point de nous priver de milliers de produits de santé naturelle.

Au moment précis où se produit à l'échelle de notre continent une spectaculaire
prise de conscience des ravages de la malbouffe, et de l'importance cruciale d'une
alimentation riche en nutriments essentiels, pour prévenir et guérir les maladies,
Ce règlement européen, le 1924/2006/CE interdit aux fabricants de produits de santé
naturelle d'informer le public des effets favorables possibles de leurs produits.

La conséquence sera non seulement que vous n'aurez plus l'information,
mais ce règlement va détruire des milliers de petits producteurs, ce qui,
selon toute probabilité, entraînera un effondrement de la qualité et
de la diversité des produits de santé naturelle et surtout,
une hausse dramatique des prix.

Les autorités chercheraient à nous maintenir dans un état de maladie –
et de dépendance aux médicaments chimiques -
elles ne s'y prendraient pas autrement.

En politique, il y a un vieux dicton : « qui ne dit mot, consent ».
Si vous ne faites pas entendre votre voix en signant la pétition,
les bureaucrates européens en déduiront que personne ne se soucie
de leur nouveau règlement.

Ils penseront alors que cet énorme cadeau qu'ils font à l'industrie pharmaceutique
n'a attiré l'attention, ni l'indignation, de personne.
Alors s'il vous plaît, exprimez-vous, car maintenant, c’est le moment de vérité.

Et après avoir signé votre pétition, transférez ce message à toutes les personnes
que vous connaissez.

Dites-leur qu’il est temps d’agir.
Il n’y a vraiment pas de temps à perdre.

 

 

 

Pétition pour la protection de la santé naturelle :

 

 

Madame, Monsieur,

 

Le Parlement européen et le Conseil des ministres de l’Union européenne viennent d’entériner une décision catastrophique qui porte directement atteinte aux consommateurs. Ce texte a pour effet l’interdiction de la vente de compléments alimentaires.

Une telle mesure profite essentiellement à quelques grands groupes de l’industrie pharmaceutique et agroalimentaire.

Dès lors, seule de l’EFSA (European Food Safety Agency) sera habilitée à mettre sur le marché des produits faisant des allégations thérapeutiques. Il s’agit d’un pas de plus vers la disparition de tous traitements alternatifs pour les « consommateurs de santé ».

En substance, ce texte interdit 90% des allégations thérapeutiques pour les compléments alimentaires. Sur les 4637 dossiers d’allégations déposés, l’EFSA en a autorisé 222. Sur les trois procédures de contrôle existantes, l’administration n’en a utilisée qu’une : la plus restrictive.

Nous ne souhaitons pas d’une Europe où le débat démocratique serait exclu.

Nous ne souhaitons pas non plus d’une Europe qui bafoue nos droits fondamentaux, notamment notre droit à l’information, et notre droit de nous soigner autrement.

C’est aux députés européens, directement élus par les citoyens de l’Union, de veiller à ce que les positions prises par les administrations européennes ne portent pas atteinte à l’intégrité physique, voire psychique des consommateurs.

Je vous demande donc instamment de relancer le débat politique sur la question des allégations thérapeutiques afin notamment de :

1. Réformer le rôle de l’EFSA dans le processus décisionnel européen, en intégrant des sanctions si l’administration sort du mandat qui lui a été fixé ;

2. D’intégrer le droit de se soigner autrement dans le droit de la santé européen ;

3. De rééquilibrer les positions européennes sur les allégations de santé.

Veuillez agréer, Madame, Monsieur, mes salutations respectueuses.

 

 

 

Pour signer la pétition :

 

 


Tout nos Articles, coups de gueule, enquetes et soutiens à pétitions...

 

 

 

 

Publié dans Santé

Commenter cet article