Le Bhoutan passe au bio

Publié le par Vahine

Bhoutan: le royaume du

On pourra toujours y émigrer quand nos pays seront devenus totalement et définitivement invivables :

Sur : http://www.toutvert.fr

Un pays entier passe au bio!

par ANNE-SOPHIE le 16 DÉCEMBRE 2012

Une nouvelle approche de développement économique nous arrive du royaume du Bhoutan, un petit Etat niché au coeur de l’Himalaya et enclavé entre la Chine et l’Inde. Au contraire de la plupart des autres pays, le succès et la prospérité ne se fondent pas là-bas sur le Produit intérieur brut (PIB) mais sur le Bonheur national brut, un indice s’appuyant sur la religion bouddhiste, omniprésente dans la vie quotidienne des Bhoutanais. Ce bonheur passe en premier lieu par la recherche d’une harmonie certaine avec la nature.

 

De ce postulat est né ce défi : devenir la première nation 100% productrice de produits biologiques. Produits chimiques, matériaux artificiels et synthétique, pratiques intensives vont donc être supprimés d’ici les 10 prochaines années afin d’atteindre l’objectif du 100% bio. Une mission qui est tout sauf velléitaire, basée sur uneéconomie principalement agricole, une population réduite (on recense environ 700 000 âmes) et un territoire quasiment non contaminé. Les terres cultivées ne représentent que 3% de la superficie totale, et compost et feuilles pourries sont très souvent utilisés comme engrais naturels.

Ce choix est surtout dicté par la nécessité : les habitants de ce pays asiatique sont en effet très pauvres et ne peuvent se permettre d’acheter des composants chimiques. S’ajoute à cela le problème des transports, l’absence de grandes artères et la morphologie du territoire qui ne favorise pas le rapprochement des foyers humains. Aujourd’hui encore, l’importation du riz, aliment de base de la population, reste très difficile.

Cette démarche biologique, explique le gouvernement, nait de la conviction que la prospérité du Bhoutan dépend de sa capacité à travailler en harmonie avec la nature. Santé, écologie, attention et solidarité sont les piliers à la base de ce changement. Deux points seront fondamentaux : utiliser de manière intelligence les ressources hydrauliques et gérer de manière attentive les certifications (sachant que certaines cultures que le pays exporte utilisent délibérément des substances chimiques).

En dépit des difficultés qui jalonneront le parcours, l’initiative a été accueillie avec enthousiasme et pourrait ouvrir la porte à d’autres projets, à une échelle plus large encore.

Publié dans Résistance

Commenter cet article

magnets 03/03/2014 11:54

There are many criticizers against organic. However, I think it is good move by Bhutan. Its effect is well reflected in the economy of Bhutan and I am sure that many European nations would learn from this.

Vahine 03/03/2014 12:20

Effectivement, nous aurions beaucoup à apprendre …