N'allez pas voter !

Publié le par Vahine

Très joli texte de  Tyler sur le blog des Enculuminatis :

Présidentielles

jeudi 12 avril 2012

 

 

Le Soleil se lèvera sur un calme inconnu

 

La politique est-elle la solution ?

Bien sûr que non, elle ne l'a jamais été. De tous temps, l'élite dirigeante sous toute ses formes a toujours été d'origine aristocratique, noble, aisée. En remontant à l'antiquité, du temps de Solon, Clisthéne, Périclés, ils créèrent à leur manière la base de la démocratie, un partage du pouvoir pour le peuple. Ils étaient tous d'une origine prestigieuse, toujours à graviter dans les hautes sphères de la société. Le temps passe et rien ne change, le pouvoir n'a jamais changé de main.


Alors, pourquoi demain les choses devraient être différentes ? Pourquoi cette présidentielle devrait nous apporter une solution à la plus grande crise que l'humanité s’apprête à traverser ?

Il ne se passera rien, la bataille est perdue d'avance, le grand jeu de démagogie de nos politiques marchent à plein tube. Le peuple, lobotomisé depuis si longtemps, nourri de faux espoirs, s'éteint petit à petit pour ne devenir qu'une masse informe, incapable de réfléchir par lui-même. Il suit aveuglement une politique qui nous plonge dans l'abîme, nos âmes vendus sans notre consentement au prix de futures larmes et de sang. Dorénavant notre avenir se fera dans la souffrance.


Y a-t-il de l'espoir ?

J'en doute. Plus j'en discute autour de moi, plus je me rends compte du déni de réalité qui habite chacun, personne ne veut voir l'affreuse réalité, personne n'ose contester le monde que l'on nous a vendu depuis toute ces années, participant nous-même à son déclin. Néanmoins, certains le sentent au fond de leur être.

Quelque chose arrive mais de quelle nature ?

 

Je ne sais pas, mon expérience personnelle me le confirme cependant, extérieure à notre quotidien, troublante et qui déstabilisera beaucoup de monde, ce que nous connaissons disparaîtra bientôt... Je me rappelle ce sentiment qui animait les gens du Moyen-Age, persuadés de vivre la fin des temps, l’Église se servait de cette peur pour légitimer, en partie, son pouvoir spirituel, pour devenir une monarchie pontificale. Mise à part l'usine à gaz que représente la chrétienté, et loin de moi l'idée de prêcher la bonne parole, c'est véritablement la fin des temps que je ressens. Préparons nous, ou pas, chacun voit les choses différemment, c'est ce qui fait la force de l'être humain mais aussi sa plus grande faiblesse.

Commenter cet article