Syrie : guerre, gaz et pétrole ...

Publié le par Vahine

US BombardementsAu cas où certains croiraient encore qu'on fait la guerre pour rendre service aux populations ...

Sur Global Relay :

 

17 juillet 2012

Silence… on tourne pour le Nouvel Ordre Mondial

 

I

 

l y a quelques jours, Laurent Fabius, ministre socialiste français des Affaires étrangères, a fait une conférence à Science Po. Le socialiste du changement, riche comme Crésus, s’inscrit comme un bon élève du système mondialiste, parlant de démocratie mais agissant en faveur d’un monde où la dictature est le seul régime voulu par la nomenklatura des sociétés secrètes qu’il fréquente, comme nombreux de ses copains des deux plateaux de la balance démocratique française.


Cette conférence a donc été organisée à Science Po, et le ministre socialiste a pu rabâcher le discours des sectaires de l’Otan sur le devoir d’ingérence des démocrates occidentaux dans la souveraineté des autres pays, pour en chasser les méchants dirigeants.

 

Des personnes interrogées à l’issue de ce monologue, on apprend que les questions ont été choisies à l’avance et qu’il était interdit à quiconque d’interroger l’homme savant. C’est la démocratie des Young Leaders. Là, point de changement avec l’autre équipe UMP.

 

On cache volontairement le fait que les méchants sont toujours dans des régions où les Occidentaux convoitent le pétrole, le gaz, ou le passage d’oléoducs. [Voir le Hors série RUSSIE de juin/juillet 2012.]

 

Mais pourquoi ne pas exploiter le pétrole présent en abondance dans certaines régions en France ? M. Fabius et ses amis de l’UMP savent très bien qu’il ne faut surtout pas froisser les Césars du cartel de l’énergie de la Côte Est américaine sur ce point. La France doit demeurer dépendante de l’or noir extérieur. Ceux qui sont allés contre ce principe, ont bien mal fini, comme l’a démontré Pierre Fontaine en son temps.

 

 

 

Donc Laurent Fabius n’avouera jamais que la révolution syrienne est un paravent médiatique masquant l’intervention militaire occidentale à la conquête du gaz… Les marionnettes de l’UMP/PS n’ont strictement rien à faire de la misère des populations. Les entendez-vous pleurer pour les citoyens du Bahreïn, martyrisés quotidiennement, où contester les agissements des princes saoudiens ? Organisent-ils, avec les associations qu’ils financent grassement, des manifestations devant les ambassades de ces pays ? Non. Là, on peut tuer, massacrer… circulez, il n’y a rien à voir. Mais la Syrie, c’est très grave !

Même discours d’un certain Alain Juppé, qui a joué un rôle plus que nauséabond en Libye. Les banquiers internationaux sauront lui renvoyer l’ascenseur, sa carrière politique n’est probablement pas achevée.

 

 

 

Et que se passe t-il en Libye aujourd’hui, après que les amis d’Alain Juppé et de N. Sarkozy ont bombardé, tué, massacré… empêché les Libyens d’avoir une banque centrale INDÉPENDANTE du cartel bancaire ?


Ce pays d’Afrique du Nord, autrefois prospère, s’est transformé en un territoire contrôlé par de nombreux cheikhs et de chefs de factions armées après le renversement du régime de Mouammar Kadhafi. Le gouvernement de Tripoli est également devenu une façade destinée exclusivement à recevoir de l’aide matérielle de la part de l’Occident, écrit mercredi 4 juillet le quotidien Rossiïskaïa gazeta. «Le nouveau gouvernement libyen ne décide et ne contrôle absolument rien." Par conséquent, il n’est responsable de rien. Les anciens leaders des rebelles qui sont restés à la tête de leurs unités, torturent des prisonniers et prennent des gens en otage en espérant qu’ils seront utiles à terme pour marchander avec le gouvernement central.

 

 

D’après son rapport, les organismes de l’ONU chargés des droits de l’homme ne remplissent pas leurs fonctions directes en Libye, et l’on ignore tout des enquêtes menées dans ce pays et des condamnations. Selon Alexandre Pankine, numéro deux de l’ambassade de Russie à l’ONU, “on mène une activité bouillonnante en Libye, mais sans résultats.”


Beaucoup de rumeurs arrivent de Libye concernant la violence contre des personnes soupçonnées d’avoir collaboré avec le régime Kadhafi, des exécutions sommaires, des prisons contrôlées par des unités locales et non par le gouvernement. Mais pendant les audiences au Conseil de sécurité, la commissaire de l’ONU a affirmé qu’elle n’avait aucune information fiable sur ces faits. Navi Pillay a peut-être dit la vérité – les organismes internationaux des droits de l’homme ne veulent pas envoyer leur personnel dans un pays où les lois n’existent pas»…

 

A l’heure de la technologie ultra sophistiquée où l’on est capable de voir en n’importe quelle partie du monde ce que font les insectes dans le sol, l’ONU n’a pas d’informations fiables sur le foutoir que les mondialistes ont généré en Libye…


Article L.I.E.S.I.

Publié dans Guerre

Commenter cet article