États-Unis : un siècle d’interventionnisme meurtrier

Publié le par Vahine

États-Unis : un siècle d’interventionnisme meurtrier

Ou comment le gouvernement des Etats-Unis, au demeurant incapable de s'occuper de nourrir, éduquer et soigner ses propres citoyens, s'emploie à semer la guerre et la désolation sur toute la planète ...

Sur Egalité et réconciliation : http://www.egaliteetreconciliation.fr

États-Unis : un siècle d’interventionnisme meurtrier

 

AteliER
Article initialement publié dans l'atelier E&R

Publié le : dimanche 16 mars

 

Fenêtre privilégiée du monde russe sur la mer Noire, la Crimée possède une histoire et une situation géographique singulières. Théâtre sous le Second Empire d’une intervention militaire franco-anglaise destinée à stopper l’expansionnisme de la Russie des tsars, hôte de la conférence de Yalta en 1945, cette région d’une superficie et d’une population équivalentes à celle de la Lorraine dispose aujourd’hui d’un statut de république autonome au sein de l’état ukrainien. À l’heure actuelle, la volonté des populations russophones de Crimée de s’affranchir de la tutelle d’une Ukraine passée sous la coupe d’un gouvernement pro-occidental est au cœur d’une nouvelle controverse diplomatique.

L’occupation par des forces armées russes de plusieurs points stratégiques de la péninsule n’a pas tardé à déclencher un feu nourri de réactions indignées des gouvernements et des média mainstream occidentaux. Ainsi, Angela Merkel a déclaré « illégal [1] » le référendum prévu pour le 16 mars. François Hollande a fait savoir que « l’intégrité territoriale et la souveraineté de l’Ukraine ne [pouvaient] pas se négocier [2] ». Plusieurs éditorialistes ont mentionné le « sort incertain » de la minorité tatare de Crimée [3], sous-entendant probablement que la sécurité de cette dernière pourrait être compromise en cas d’occupation russe prolongée. C’est oublier que la Fédération de Russie compte 6 millions de citoyens tatars, qu’il existe sur les bords de la Volga une république autonome du Tatarstan et que personne à Moscou ne remet en question l’appartenance des Tatars à la nation russe. La Maison Blanche a quant à elle affirmé, par la voix de son secrétaire d’État John Kerry, que « la Crimée est l’Ukraine » [4].

Le message adressé est donc sans équivoque : la présence de troupes russes en Crimée et la tenue prochaine d’un référendum constitueraient un grave cas d’ingérence et une violation du droit international. L’appareil d’État étatsunien est, il est vrai, particulièrement au fait des cas de conflits et de tensions directement ou indirectement causés par des ingérences extérieures. Nous livrons ici au lecteur une liste volontairement non-exhaustive recensant quelques exemples de conflits armés impliquant les États-Unis, parfois appuyés par des puissances européennes.

 

• 1898 : conflit hispano-américain qui aboutira à la perte par l’Espagne des Philippines, de Cuba et de Porto Rico, territoires qui tomberont dans l’escarcelle des États-Unis. Le magnat de la presse William Randolph Hearst, qui inspira le film Citizen Kane à Orson Welles, se distingua à cette occasion par la propagande belliciste et anti-espagnole relayée par ses journaux.

• 1900 : participation, au sein de l’alliance des huit-nations regroupant également les puissances européennes de l’époque, à la guerre des Boxers, opération de répression d’un mouvement anticolonialiste chinois.

• 1903 : appui militaire aux sécessionnistes du Panama, aboutissant à la création d’un nouvel État indépendant dans une province auparavant colombienne.

• 1950-1953 : envoi de 300 000 soldats au cours de la guerre de Corée. Deux décennies avant la guerre du Vietnam, l’armée américaine aurait déversé sur la Corée du Nord plus de 3 millions de litres de napalm [5].

• 1953 : la CIA appuie un coup d’État en Iran visant à renvoyer le Premier ministre Mossadegh, non-aligné et partisan de l’indépendance énergétique.

• 1961 : soutien à une tentative de coup d’État à Cuba, lors du débarquement de la « Baie des cochons ».

• 1961-1972 : guerre du Vietnam.

• 1965 : occupation de la République dominicaine.

• 1973 : soutien militaire au coup d’État chilien, devant aboutir au renversement de Salvador Allende et à la prise de pouvoir du général Pinochet.

• 1979-1992 : armement des moudjahidines afghans au cours de leur lutte contre l’Armée rouge.

• 1981-1988 : soutien à la guérilla contre-révolutionnaire luttant contre le régime sandiniste au Nicaragua.

• 1989 : invasion du Panama et renversement de Manuel Noriega.

• 1990-1991 : guerre du Golfe, intervention au sein d’une coalition de 34 états qui dévastera l’armée et les infrastructures irakiennes.

• 1994 : intervention en Haïti pour soutenir Jean-Bertrand Aristide.

• 1999 : frappes aériennes en Serbie et au Kosovo, soutien militaire et logistique à l’UCK, organisation terroriste financée par la mafia albanaise.

• À partir de 2001 : interventions en Afghanistan ;

• 2003-2011 : guerre d’Irak. La chute de Saddam Hussein et l’occupation étrangère ont livré un pays dévasté aux violences intercommunautaires. On estime à 500 000 le nombre de victimes du conflit [6].

• 2011 : intervention militaire en Libye.

 

Lorsque les Etats-Unis qualifient certaines nations de « danger pour la paix dans la région », l’inversion accusatoire est donc totale. L’exemple de l’Iran est à ce titre particulièrement frappant :

 

 

 

États-Unis : un siècle d’interventionnisme meurtrier

Rappelons que les ingérences occidentales, qu’elles se fassent par le biais d’appuis logistiques ou financiers aux groupes d’agitation interne (comme en Ukraine ou en Syrie) ou par des interventions militaires directes, ont essentiellement précédé des situations de chaos et de barbarie prolongées, comme en témoignent l’état actuel de l’Afghanistan, redevenu une place centrale de la production de pavot [7] et la violence extrême qui perdure en Irak [8]. Nous sommes bien loin des promesses de libération démocratique qui justifient les exactions interventionnistes de Washington et ses alliés .

 

Notes :

[1http://www.republicain-lorrain.fr/actualite/2014/03/09/merkel-affirme-que-le-referendum-en-crimee-est-illegal

[2http://www.leparisien.fr/international/video-hollande-pas-de-referendum-sur-la-crimee-sans-l-accord-de-l-ukraine-07-03-2014-3652567.php/

[3http://www.lepoint.fr/monde/ukraine-le-grand-malaise-des-tatars-de-crimee-08-03-2014-1798923_24.php ethttp://www.lemonde.fr/international/article/2014/03/06/courtises-par-les-autorites-prorusses-les-tatars-de-crimee-hesitent-a-choisir-leur-camp_4378415_3210.html

[4http://www.lepoint.fr/monde/washington-la-crimee-est-l-ukraine-06-03-2014-1798432_24.php

[5http://www.monde-diplomatique.fr/2004/12/CUMINGS/11732

[6http://www.lepoint.fr/monde/les-500-000-morts-de-la-guerre-en-irak-18-10-2013-1745327_24.php

[7] Voir les ouvrages de Peter Dale Scott La machine de guerre américaine et La route vers le nouveau désordre mondial.

[8http://www.francetvinfo.fr/monde/proche-orient/irak-au-moins-21-morts-dans-un-attentat-suicide_548151.html

Publié dans Guerre, Manipulations

Commenter cet article