Prochaine étape : Le chaos …

Publié le par Vahine

Prochaine étape : Le chaos …

Je relaye un article des Moutons enragés, il est constitué de plusieurs extraits ( avec les liens ) et d'un texte de Jacques Jordens pris sur Facebook ...

C'est un article très inquiétant ...

Mais il y a, en ce moment, beaucoup d'articles sur le sujet, écrits par des économistes, qui donnent l'alarme ...

Ils parlent tous d'effondrement économique, suivi d'émeutes et de troubles qui pourraîent même mener à des guerres civiles ...

Mais comme dit le proverbe : " Le pire n'est jamais sûr " ...

Espérons ...

 

Vahine.

http://lesmoutonsenrages.fr/2015/09/16/la-prochaine-etape-le-chaos/

 

La prochaine étape: Le chaos

Voici un message découvert sur Facebook, apparu sur mon mur, il commence à circuler et est une réflexion qui vaut ce qu’elle vaut, mais qui a le mérite d’être relativement juste sur certains points. Bien sur, nous savons que la situation est très tendue actuellement, les pays européens dont la France est en faillite, tout comme les USA le sont quoi qu’en disent certains imbéciles complices ou mal informés, nous pouvons par exemple apprendre aujourd’hui que la Chine et l’Inde raflent l’or physique à la bourse de Londres comme l’explique Charles Sannat dans l’un de ses derniers billets. La Chine multiplie les stratégies gagnantes contre les États-Unis en toute finasse, et les « zuniens » quand à eux se retrouvent de plus en plus embourbés dans leurs dérives multiples:

Je suis comme vous le savez un grand partisan de l’or comme outil d’épargne dans son patrimoine à l’heure actuelle.

N’ayez pas d’or, ou n’achetez pas d’or pour spéculer. Achetez de l’or pour vous prémunir et vous protéger. Ne regardez pas la valeur de l’or, de votre or, cela n’a aucun sens, l’or en soit n’a pas de valeur, ou plus précisemment il serait absurde de vouloir exprimer la valeur de l’or en monnaie papier si on achète justement de l’or pour se prémunir d’un énorme problème sur les monnaies papiers. Posez vous juste la question de la bonne répartition de votre patrimoine et de son bon agencement.

En attendant méfiez-vous également de ces informations aussi bien concernant les manipulations de cours que les achats monumentaux et secrets de la Chine. La réalité c’est qu’aujourd’hui nous sommes pris dans un immense jeu de poker menteur et qu’il est presque impossible de cerner la vérité.

Concentrez-vous sur ce que vous maîtrisez, et ce qui relève de votre responsabilité c’est la gestion et la répartition pertinente de votre patrimoine mais également la constance.

Charles SANNAT

Selon le président de la société minière russe Petropavlovsk plc, il est presque impossible de trouver de l’or physique sur le marché de Londres.

La Chine et l’Inde ont racheté l’ensemble de l’or physique du London Metal Exchange (LME), a estimé mercredi dernier Peter Hambro, président d’une des plus grandes sociétés minières de Russie, Petropavlovsk plc.

« L’Inde et la Chine achètent d’énormes quantités d’or. Il est presqu’impossible de trouver de l’or physique sur le marché de Londres afin de l’expédier dans ces pays. Nous recevons régulièrement des demandes de la part de la Russie concernant la livraison d’or vers l’Inde et la Chine, car personne n’a de métal réel. On ne nous fait que des promesses vides. Personnellement, je redoute sérieusement qu’on finisse par faire une croix sur ce marché, sur le marché papier. Les gens diront juste +Désolé, mais nous nous liquidons+, et ça sera tout », a-t-il déclaré dans une interview à la chaîne de télévision Bloomberg TV.

Par ailleurs, d’après le président de la société BullionStar à Singapour, Torgny Person, cette information a été confirmé da la société А-Mark, un des plus grands fournisseurs de métaux précieux au monde.

Article complet sur Insolentiae

 
Le modèle de la prochaine crise, il s’annonce relativement violent: spoliation à tous les étages, surtout si cela peut aider la finance à survivre, alors qu’elle est en phase terminale depuis de longs mois déjà. Quand l’acharnement thérapeutique n’est pas la meilleure solution… Car ce sont nos sous qui vont disparaître, et pas de la manière vicieuse et malhonnête de ces derniers mois, là, cela sera pire, un braquage pur et simple de nos avoirs, comme à Chypre, ce que nous rappelle le site spécialisé dans la finance Zero Hedge:

Graham Summers , Stratège en chef de Phoenix Capital, lance un avertissement, voici selon lui, le modèle de la prochaine crise : 

« Derrière le vernis du « tout va bien » promu par les gouvernements du monde et la presse Mainstream , les élites politiques ont commencé à mettre en œuvre une législation qui va leur permettre de geler les comptes et d’utiliser votre épargne pour soutenir les banques insolvables.

Cela n’est pas de la théorie du complot ou une sorte de pessimisme. C’est fait de base.

Au cours des 24 derniers mois, le Canada, Chypre, la Nouvelle-Zélande, les États-Unis, le Royaume-Uni, et maintenant l’Allemagne ont mis en œuvre toute la législation qui leur permettrait d’abord de geler et ensuite de saisir les avoirs bancaires au cours de la prochaine crise.

Avec cela à l’esprit, je veux consacrer du temps à ce qui est arrivé à Chypre, le « bail-in » et ses implications. La raison en est que ce petit pays a fourni au monde un modèle de ce qui va finalement être un phénomène mondial.

Le calendrier (rapidement) pour Chypre fut comme suit :

· 25 Juin, 2012: Chypre demande officiellement un plan de sauvetage à l’UE.

· 24 Novembre 2012: Chypre annonce qu’elle a conclu un accord avec l’UE, un processus de sauvetage, une fois que les banques chypriotes seront examinés par les fonctionnaires européens (estimation approximative du capital nécessaire de 17,5 milliards €).

· 25 Février, 2013: le candidat démocrate Nicos Anastasiades remporte l’élection chypriote en vainquant son adversaire, un communiste anti-austérité .

· 16 Mars 2013: Chypre annonce les termes de son bail-in: la confiscation de 6,75% des comptes au dessus de 100.000 € et 9,9% pour les comptes de plus de 100.000 € … un jour férié est annoncé.

· 17 Mars 2013: la réunion d’urgence du Parlement pour voter sur le renflouement / bail-in est reportée.

· 18 Mars 2013: Jour férié prolongé jusqu’au 21 Mars 2013.

· 19 Mars 2013: le Parlement de Chypre rejette le projet de loi de bail-in.

· 20 Mars 2013: Jour férié prolongé jusqu’au 26 Mars 2013.

· 24 Mars 2013: limites de trésorerie à € 100 pour les retraits commencent pour les plus grandes banques à Chypre.

· 25 Mars 2013:   accord de Bail in conclu. Les déposants avec plus de 100.000 €, soit perdent 40% de leur argent (Bank of Cyprus) ou perdent 60% (Laiki).

La chose la plus importante sur laquelle je veux que vous vous concentriez , c’est la vitesse de ces événements.

Les Banques chypriotes ont officiellement demandé un plan de sauvetage en Juin 2012. Les pourparlers de sauvetage a mis des mois à se réaliser. Et puis tout le système a été déséquilibré en un week-end.

Un week-end. Le processus n’a pas été progressif.: Il a été soudain et il était total ; et une fois qu’il avait commencé sérieusement, les banques ont été fermées et on ne pouvait pas sortir votre argent (plus de détails dans un instant).

Il n’y avait eu aucun avertissement que cela était à venir, car tout le monde au sommet de la chaîne alimentaire financière sont fortement incités de garder le silence à ce sujet. Les banques centrales, les PDG des Banques, les politiciens … tous ces gens se concentrent principalement sur le maintien de la confiance dans le système, et non sur la fixation des problèmes du système. En effet, ils ne peuvent même pas discuter ouvertement des problèmes du système, car il ça révélerait rapidement qu’ils en sont la cause principale .

Pour cette raison, vous ne verrez jamais et je le répète ,jamais, un banquier central, un directeur de la Banque, ou un politicien admettant ouvertement ce qui se passe dans le système financier. Même les cadres intermédiaires et les employés de niveau inférieur n’en parleront pas parce que A) ils ne savent pas la vérité au sujet de leurs institutions ou B), ils pourraient être licenciés pour avoir avertit les autres .

Avec cela à l’esprit, c’est maintenant un bon moment pour se préparer à un risque systémique. Je ne peux pas prévoir précisément quand les choses vont se gâter comme ce fut le cas à Chypre pour le système financier dans son ensemble (personne ne le peut).

Cependant, les signaux sont clairs que les Fédéraux se préparent à quelque chose de grand. Le département du Trésor a ordonné d’avoir des trousses de survie pour les employés des grandes banques … et la Fed de New York a entamé l’expansion de son bureau satellite à Chicago, au cas où quelque chose d’important se produirait qui forcerait un effondrement du marché. »

Graham Summers , Stratège en chef

Phoenix Capital Research – 

Traduction: Resistanceauthentique

Ce qui est prévu pour l’ensemble des pays d’Europe, c’est exactement ce que subit la Grèce avec ce troisième plan d’aide, un terme bien pompeux et mensonger pour définir ce qui va réellement être appliqué: la mise à mort d’un pays, la spoliation dans le silence le plus total de tout ce qui a fait la richesse de ce pays, ahurissant:

 

La Tribune publie chaque jour des extraits issus des analyses diffusées sur Xerfi Canal. Aujourd’hui, retour sur le cas grec.

Revenons sur le cas grec. A froid. Loin des passions de l’été. Nous avions critiqué alors l’accord entre la Grèce et ses créanciers, comme la plupart des économistes d’ailleurs. Pour une raison majeure : c’est que ce troisième plan ne comporte aucun dispositif permettant une véritable reconstruction de l’économie grecque. C’est au fond un plan de liquidation judicaire ordonné qui repose sur quatre piliers :

  • Une taxation lourde de la consommation, touchant toute la population alors que cette dernière est déjà très largement insolvable ;
  • un durcissement judicaire accélérant la saisie des biens, et notamment des résidences principales ;
  • une privatisation des biens publics ou des entreprises stratégiques comme collatéraux de la dette grecque ;
  • une déréglementation brutale du marché du travail, qui dans le contexte grec se soldera par toujours plus de déflation salariale.

Mais abandonnons un instant ce point de vue qui voudrait que servir l’intérêt à long terme de la Grèce soit la posture la plus conforme à l’intérêt général de l’Europe dans son ensemble

Article complet sur La tribune via Business Bourse

Voici donc l’analyse, le message découvert sur Facebook, message que j’ai décidé de relayer ici:

LA PROCHAINE ÉTAPE LE CHAOS !

Les beaux discours de nos représentants politiques de gauche comme de droite sont destinés à nous endormir. Ils chantonnent en cœur que la croissance est là et que la reprise de l’économie arrive. Que les mesures prises par le gouvernement vont relancer l’emploi. 

Lancer notre pays dans une grande politique de libéralisation lorsqu’il n’y a pas de travail, c’est précipiter des centaines de milliers de gens voir des millions vers une pauvreté assurée. Or c’est la misère qui fait le lit des révolutions violentes. C’est pourtant ces politiques prônées par l’Europe du capital et appliquées par nos gouvernements.

Nos dirigeants, quel que soit leur bord ou le parti qu’ils représentent, ils sont en grande partie responsables depuis des années par leur mollesse et leur manque de courage de la situation désespérée dans laquelle nous nous trouvons et que nous allons devoir tôt ou tard affronter..

Nous avons dans notre pays, comme en France, en Italie, même en Allemagne deux immenses faiblesses qui, lorsqu’elles rentreront en résonance et elles vont le faire, provoqueront une situation explosive pouvant rapidement dégénérer vers un chaos plus ou moins prononcé.

La première faiblesse est économique. Sans l’argent public (et il n’y a plus d’argent public dans nos États qui dépense depuis 40 ans l’argent qu’il n’a pas et qu’il n’a même plus la possibilité de créer puisque nous avons abandonné notre planche à billets à l’Europe et aux banques privées, dans le cadre de la monnaie unique), ce sont des pans entiers de notre société qui cesseront très rapidement de fonctionner. Nous voyons comment traite l’Europe les pays en difficultés. Nous voyons également comment les politiques néolibérales qui sont menées depuis plus de 40 ans font la part belle, trop belle au capital en leur permettant de ne pas payer leurs justes contributions. Ils déséquilibrent les budgets de l’état et ont mis le pays à genou.

Plus de pensions de retraite ou des versements partiels, plus de minimas sociaux ou des versements partiels. Des fournisseurs de l’État qui ne sont déjà plus payés depuis des mois et dont les retards de paiements provoquent, au moment même où j’écris ces lignes, des faillites d’entreprises de plus en plus nombreuses et la mise au chômage des salariés… Plus d’accès aux soins ou aux médicaments. Les problèmes bancaires arriveront rapidement et de grandes banques pourraient ne pas y survivre. La France, l’Italie étant les maillons faibles de l’Europe malade, la France et l’Italie partant à la dérive entraîneraient avec elle l’ensemble de la zone euro et vraisemblablement sa dislocation.

Dans les économies complexes fonctionnant en flux tendus comme les nôtres, les pénuries apparaissent en moins d’une semaine. Une grande ville comme Paris ou Bruxelles ne dispose que de 3 jours de stocks dans ses magasins et ses supermarchés. Une situation de blocage des comptes pendant plus de 15 jours comme ce fut le cas à Chypre entraînerait une situation quasi insurrectionnelle dans nos pays avec pillages et autres joyeusetés. Comme en Argentine et plus récemment en Grèce ou la précarité et la misère où nos politiques néolibérales ont conduit les populations a connaître un chaos social accompagné d’émeutes et aussi de pillages.

L’autre faiblesse, c’est évidemment que cela plaise ou non, que vous soyez pour ou contre, la communautarisation excessive de notre pays pour ne pas dire sa quasi-balkanisation, avec des communautés qui ne se parlent plus, qui ne se supportent plus et pour qui, disons-le, le « vivre ensemble » a laissé place, au mieux et pour rester sobre, à une grande méfiance. On voit aujourd’hui avec la problématique que crée l’accueil des réfugiés nos communautés se déchirer et ce n’est que le début. La précarité va attiser la haine des autres et c’est particulièrement dangereux.
Je ne juge personne et ne condamne encore moins, car tel n’est pas le but de cet article. Je pose juste un fait, aussi désagréable soit-il pour toutes les bonnes âmes bien-pensantes. La « diversité », le « multiculturalisme », appelez cela comme vous voudrez est un échec cuisant partout en Europe. Il est d’ailleurs forcément un échec lorsqu’il n’y a plus « intégration » et encore moins « assimilation ». Il ne reste alors plus que des haines qui s’autoalimentent jusqu’à devenir incontrôlables. J’ai beau le déplorer, j’ai beau le regretter, cela ne changera rien, hélas et triplement hélas, aux drames qui s’annoncent pour nos pays et pour nos concitoyens, quelle que soit leur « palette de couleur » !
Lorsque les difficultés financières rencontreront les difficultés sociétales que nous refusons d’affronter, alors les tensions s’exacerberont. C’est une évidence. C’est parfaitement prévisible. Logique, imparable et nous n’y couperons pas.

COMMENT S’Y PRÉPARER ?

Lorsqu’un ancien Premier ministre français, monsieur Jean-Pierre Raffarin, dans le cadre d’une émission de grande écoute, utilise le terme « chaos », vous vous devez de l’entendre et de le prendre pour ce qu’il signifie même si cette signification peut vous sembler effrayante et elle l’est bien.

N’oubliez pas le PEBC (plan épargne boîtes de conserve).

Soyez en mesure de quitter les grandes villes. Préparez-vous à rejoindre des zones moins exposées aux grands mouvements sociaux.

Soyez prêts en ayant devant vous les ressources nécessaires pour tenir plusieurs mois (en mode dégradé certes, mais vous tiendrez mieux que les autres) en stockant ce qui est nécessaire à votre vie quotidienne (alimentation, médicaments, produits d’hygiène, etc.).

Pour votre patrimoine, pensez à l’assurer avec de l’or et de l’argent (métal), car si le chaos devait s’installer en France, en Italie et en Belgique, n’imaginez pas que l’euro s’en sorte indemne, votre monnaie pourrait se disloquer ou s’effondrer. L’euro sans la France ou l’Allemagne n’est plus l’euro et la tentation du retour aux monnaies nationales risque de s’imposer comme une évidence. Néanmoins, prévoyez une somme d’argent en espèces, car en cas de blocage des distributeurs de billets ou de fermeture des banques (hautement probable dans un contexte insurrectionnel ou de plus les transporteurs de fonds ne transporteront plus rien), seules les espèces vous permettront de fonctionner un peu et de parer au plus pressé tant que l’euro sera encore accepté.

Enfin, pour votre localisation, tous ceux qui peuvent s’installer en zone rurale et cultiver un potager ont plus qu’intérêt à le faire.

Certes ce sont des conseils alarmistes et qui ne garantissent en rien la sécurité absolue. Mais comment ne pas y penser sérieusement ? Nos communautés sont fragiles et risquent bien d’imploser tant les sensibilités et les radicalisations sont importantes.

Comment donner un quelconque espoir dans l’avenir, à nos jeunes et moins jeune. Nos états sont en état de faillite avec des dettes souveraines colossales, un surendettement qui nous conduit à plus de précarité et de pauvreté. Une destruction inexorable des emplois au nom de la libre entreprise et uniquement tourné vers le profit des plus riches de nos communautés.

On voit la précarité et les fissures qui se créent dans notre tissu social avec une médecine de moins en moins accessible, une justice à deux vitesses ou plus tôt un déni de justice pour les plus faibles d’entre nous, avec l’abandon de la gratuité.

On voit de plus en plus la dépendance de nos sociétés vers une alimentation industrielle et la destruction des entreprises agricoles de taille humaine et de proximité.

La pensée unique est la seule option dispensée par nos circuits d’enseignements, on formate nos enfants pour devenir de véritables soldats du néolibéralisme européen.

Source: Facebook.com

Commenter cet article